indexEn 1989 paraissaient dans Raw, revue dirigée par Art Spiegelman, 6 planches révolutionnaires en noir et blanc. Pendant 25 ans, Richard McGuire retravaille, étend cette première matière et sort aujourd’hui chez Gallimard un livre de 300 pages, en français et en couleurs. Ici est un chef d’œuvre de la bande dessinée, superposant brillamment des temporalités multiples d’un même espace, le salon d’une maison familiale au cœur des contrées américaines. Autobiographie singulière, Ici propose un voyage dans le Temps, de la préhistoire au XXIVème siècle, au gré d’une scénographie bouleversant les rythmes et circulations de lecture.

A l’occasion de cette publication, la galerie Martel à Paris expose les travaux de Richard McGuire du 06 février au 04 avril 2015, et nous offre une plongée dans le génie de l’artiste américain et l’histoire de son œuvre.

A l’origine de tout, les 6 planches, donc, présentées à la galerie et encensées par Chris Ware dans un article que l’on peut lire dans le dernier Kaboom, soulignant l’importance qu’elles eurent pour ce jeune étudiant, futur auteur du célèbre Jimmy Corrigan. 36 cases dont la narration initiale, la naissance en 1957 d’un enfant qui s’avère être McGuire lui-même, est peu à peu bouleversée par l’incursion de vignettes datées, de l’époque des dinosaures à 2030, par superpositions et juxtapositions. L’ordre chronologique des évènements est rompu, éclaté, et l’œil circule de cadres en cadres, rompant le trajet habituel du regard.

Ce brillant dispositif crée avec humour des effets de répétitions, de contiguïtés impromptues, de disparitions, de silence qui évoquent tant la petitesse de l’Homme dans l’éternité du monde, que la richesse d’instants vécus.

De l’autobiographie à l’universel il n’y a qu’un pas chez McGuire, ce que révèlent certains travaux de recherche que l’auteur a amassés pendant 25 ans, accessibles dans l’exposition. Des reproductions en acrylique sur bois de certaines pages de l’album y sont mises en perspective avec les documents préparatoires de l’artiste, permettant une approche sensible de son processus créatif. Les photos de famille, collages, calques, aquarelles, dévoilent la matière intime et complexe de son œuvre : en vue de créer une poésie du Temps, McGuire puise des instants, des postures, issus de souvenirs familiaux et, les fait rimer avec des éléments extérieurs. Les recherches de texture, de motifs tant graphiques que gestuels, et leur mise en réseau fondent la mémoire fictive de ce lieu, dont les éléments n’ont de sens que par leur coexistence.

A se plonger dans les schémas et tableaux construits par l’auteur pour composer l’architecture des pages et les échos produits, on en cerne la rigueur… Les individus et les objets, pris comme des fragments, ne sont que des éléments constitutifs d’une scénographie et d’un récit qui font du Temps et de la Mémoire les protagonistes. L’Homme est Ici un être de passage, entre présence et absence, aux antipodes d’une sacralisation narrative qui lui est souvent affectée.

Plus loin, les tableaux reproduisant certaines cases du livre, sorties de leur contexte, ne raviront que les acheteurs, tandis que les splendides sérigraphies en noir et blanc inviteront à la contemplation. Variations de motifs tirés de l’album, agrémentées de dessins au crayon et de fragments tamponnés jouant par définition sur la reproduction, elles accentuent la beauté du jeu de répétition et y ajoutent la sensation d’effacement au fur et à mesure que l’encre se tarit, ne traduisant que mieux la dissipation de l’existence.

Deux écrans présentent également une lecture interactive de l’œuvre grâce à une application conçue pour Ipad, dont l’avantage bien maigre se limite à la possibilité de maitriser le rythme d’apparition des cases sur l’écran.

Des sérigraphies tirées à 100 exemplaires de la couverture du New Yorker de novembre 2014 réalisées par Richard McGuire sont en vente à la galerie, ainsi qu’un recueil réunissant les 6 planches originelles.

Galerie Martel

17, rue Martel

75010 Paris

Du mardi au samedi
de 14h30 à 19h00

Sarah Dehove

article également publié ici : http://www.avoir-alire.com/richard-mc-guire-a-la-galerie-martel-quand-la-bd-oeuvre-a-la-poesie-du-temps